Assign modules on offcanvas module position to make them visible in the sidebar.

Testimonials

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipisicing elit, sed do eiusmod tempor incididunt ut labore et dolore magna aliqua.
Sandro Rosell
FC Barcelona President

Nous avons 501 invités et aucun membre en ligne

Note utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 

Une attaque à mains armées, survenue samedi, 19 mai 2018, vers 03 heures le matin, dans une mine d'Or à Kantoumanina, a fait un (01) mort et un (01) blessé par balles, des motos et du numéraire emportés, rapporte le correspondant de l’AGP dans la préfecture de Mandiana.

 

«Les assaillants étaient habillés en tenue militaire et cagoulés. La victime abattue est un étudiant diplômé de l’Université guinéenne, natif de la préfecture de Yomou, en Guinée Forestière», a-t-on indiqué.

 

A retenir, que Kantoumanina est une sous-préfecture située à 25 Km de la Commune Urbaine (CU) de Mandiana, chef-lieu de la préfecture.

 

Suite donc à cette première signature des bandes armées, les services de Sécurité ont lancé des enquêtes, afin de retrouver les présumés auteurs de cette attaque, qui s’est déroulée dans un campement des mineurs, à quelques pas des premières concessions de Kantoumanina.

 

Des témoignages recueillis auprès des victimes démontrent que les assaillants connaissent bien le terrain.

 

«Ayant entendu des coups de PMAK, innocent et ne comprenant rien, il est sorti avec une torse pour voir et savoir ce qui se passait.  C’est ainsi qu’il a reçu des balles dans la poitrine. C’est après qu’ils ont commencé à défoncer les portes des marchands d’or, parce qu’ils ont été identifiés et ciblés avant l’attaque», a-t-on expliqué.

 

Lorsque la nouvelle est tombée le matin, le préfet de Mandiana, Cheick Mohamed Diallo a mis en route une mission, conduite par le secrétaire général chargé des Collectivités décentralisées,  Sékou Kourouma et composée de la de la Gendarmerie et de la Police, pour connaître les causes  et circonstances de cette première signature des bandits armés dans les campements miniers de la préfecture, qui en compte plus de 200.

AGP/21/05/018          CAK/ST