Assign modules on offcanvas module position to make them visible in the sidebar.

Testimonials

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipisicing elit, sed do eiusmod tempor incididunt ut labore et dolore magna aliqua.
Sandro Rosell
FC Barcelona President

Nous avons 357 invités et aucun membre en ligne

Note utilisateur: 5 / 5

Etoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles actives
 

"Lorsqu'un produit est gratuit, le produit, c'est vous. Cette maxime a longtemps été utilisée pour expliquer (et mettre en garde contre) le modèle économique de Google et YouTube (Alphabet), Facebook et Instagram (Meta), et la plateforme chinoise TikTok, parmi divers autres réseaux sociaux, applications et services de contenu. Ces entreprises offrent leurs services "gratuitement" en échange de la fourniture par l'utilisateur d'énormes quantités de données personnelles, allant de la géolocalisation aux habitudes d'achat, en passant par la santé, l'état d'esprit et les croyances personnelles.

Mais ce n'est pas tout. En effet, une grande partie de l'infrastructure nécessaire pour alimenter ces entreprises est également payée par l'utilisateur. Les consommateurs ne se contentent pas de confier (volontairement ou non) leurs données à ces géants pour qu'elles soient ensuite monétisées sous forme de publicité ciblée, ils paient également les réseaux de fibres optiques et les antennes (par le biais des factures de téléphone et des recharges de téléphone portable) qui sont indispensables à l'activité des géants de la technologie. Il en va de même pour les services de streaming tels que Netflix et Spotify, qui facturent un abonnement mensuel pour accéder à leur contenu, mais qui s'aventurent désormais dans le domaine de la publicité sous la forme d'"abonnements avec publicité" - ce qui pourrait très bien signifier que les clients céderont leurs données personnelles.

L'utilisateur paie deux fois : avec ses données et avec sa facture de téléphone.

Il y a vingt ans, les opérateurs de télécommunications comptaient parmi les entreprises les plus importantes et les plus influentes du monde. Cette influence a diminué au fil des ans, et ils sont devenus de simples intermédiaires qui mettent les utilisateurs en contact avec les fournisseurs de services en ligne, malgré les efforts déployés pour ajouter de la valeur aux services (télévision et streaming, assurance pour les téléphones portables, vidéosurveillance). Cela explique, avec la concurrence croissante sur le marché de l'accès à l'internet, pourquoi nombre de ces sociétés ont perdu une partie de leur valeur boursière au cours des dernières décennies et que leurs bénéfices sont restés stables, par rapport à la croissance explosive du chiffre d'affaires, des bénéfices et de l'influence des grandes entreprises technologiques.

Depuis des années, les principaux opérateurs de télécommunications, en particulier les opérateurs européens comme Orange, Telefónica et D-Telekom, demandent que les grandes entreprises technologiques prennent en charge une partie du développement des réseaux de télécommunications. Ce changement irait à l'encontre du principe de neutralité des réseaux sur lequel repose l'internet depuis sa création et qui est un aspect central des modèles commerciaux de nombreuses entreprises numériques.

Chaque fois que Claro (Latam), Telefónica (Europe), Rogers Telecom (Canada), Barthi Airtel (Inde) et MTN, Orange, Marroc Telecom, (Afrique) - pour ne citer que quelques-uns des principaux fournisseurs d'accès à l'internet dans le monde - augmentent leur capacité de connexion avec de nouvelles infrastructures (câbles, fibres, pylônes), la moitié de ces nouveaux "tuyaux de données" sont inondés d'octets provenant de sites tels que Netflix, TikTok, YouTube et Instagram.

 

Presque toutes ces entreprises sont américaines et, dans une mesure croissante, chinoises, et ce facteur devient de plus en plus pertinent dans un contexte géopolitique. Lors du récent Mobile World Congress à Barcelone, Thierry Breton, commissaire chargé du marché intérieur et des services à la Commission européenne, a déclaré : "Nous

devrons trouver un modèle de financement pour les énormes investissements nécessaires qui respecte et préserve les éléments fondamentaux de notre acquis européen : la liberté de choix de l'utilisateur final" et "la liberté d'offrir des services dans des conditions équitables et concurrentielles".

Il pourrait être nécessaire de trouver un équilibre entre le principe de "neutralité du réseau" et le fait que la majorité du trafic Internet est en réalité monopolisée par quelques entreprises, en introduisant l'idée que les grandes entreprises technologiques devraient contribuer financièrement à l'entretien, à la mise à niveau et à l'expansion de ces infrastructures. Cela est particulièrement vrai à l'heure où le développement du web3, de la blockchain, de la 5G, de la 6G et du métavers nécessitera des millions de dollars d'investissements dans tous les pays qui ne veulent pas être laissés pour compte dans la course à l'économie numérique mondiale.

Si les grandes entreprises technologiques, qui génèrent la plupart des données circulant dans les câbles et les antennes, devaient payer une partie du matériel, cela pourrait avoir un impact majeur sur l'élaboration des modèles commerciaux numériques. Les opérateurs de télécommunications traditionnels seraient en mesure d'investir davantage, d'augmenter leurs revenus et leurs bénéfices, ou de faire les deux. De leur côté, les consommateurs pourraient bénéficier du déploiement de réseaux à plus haut débit et de meilleure qualité, voir leur facture de téléphone baisser, ou une combinaison des deux. Une partie de ces dépenses serait répercutée sur les entreprises, qui devraient en assumer le coût en augmentant leurs prix, en améliorant leur efficacité ou en réduisant leurs bénéfices.

Géopolitique de l'internet : des entreprises plus puissantes que les pays.

Les titans de la technologie sont une source majeure de pouvoir pour les pays où ils sont implantés et faire payer à ces sociétés un droit de péage pour l'utilisation des réseaux reviendrait à générer des tensions avec rien de moins que les États-Unis et la Chine. C'est ce qui s'est passé récemment lorsque certains pays européens, comme l'Espagne et la France, ont créé une "taxe Google" sur les plus grands services de publicité numérique afin de compenser leurs pratiques fiscales consistant à détourner une partie de leurs bénéfices vers des pays où les impôts sont moins élevés. M. Trump a rejeté catégoriquement toute mesure susceptible de nuire aux géants américains du numérique et a menacé d'imposer des barrières commerciales aux pays qui poursuivraient cette stratégie.

Seul le poids économique mondial de l'Union européenne peut mettre ce débat sur la table. Même les membres les plus puissants de l'Union, comme l'Allemagne et la France, n'y parviendraient pas seuls. Cependant, c'est une chose de soulever le sujet et une autre d'y parvenir. Le PDG de Netflix a rejeté l'idée du commissaire européen Breton moins de 24 heures après qu'elle ait été évoquée.

Quel est le rapport entre la vitesse de l'internet et le développement économique en Afrique, en Amérique latine et en Asie du Sud-Est ? Beaucoup de choses, en fait. À l'heure actuelle, aucun pays ou gouvernement n'a les moyens d'agir seul contre des entreprises telles que Bytedance, Netflix et les GAFAM. Chacune de ces entreprises a une valorisation boursière (et des revenus) qui dépassent le PIB de la plupart des pays - et les systèmes d'intégration dans ces régions n'ont pas actuellement l'autorité ou la capacité de l'UE pour s'engager dans un débat similaire.

Si le changement que l'Union européenne souhaite apparemment promouvoir ne se matérialise pas sous une forme ou une autre, les entreprises de télécommunications continueront à supporter l'intégralité du coût de la modernisation des infrastructures numériques. Cela se traduira par un ralentissement du déploiement des nouvelles technologies, une baisse des bénéfices et un affaiblissement des investissements des opérateurs de télécommunications régionaux, une augmentation des prix et une détérioration de la qualité de la connexion pour les utilisateurs, ou une combinaison de tous ces facteurs. En outre, cela pourrait favoriser l'augmentation de la fracture numérique entre les pays les moins développés et les puissances numériques comme les États-Unis et la Chine, bien qu'à une échelle plus modérée. Il se trouve que ces deux puissances sont aussi les principaux exportateurs des services et contenus numériques actuels.

Igore HANZA