Assign modules on offcanvas module position to make them visible in the sidebar.

Testimonials

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipisicing elit, sed do eiusmod tempor incididunt ut labore et dolore magna aliqua.
Sandro Rosell
FC Barcelona President

Nous avons 372 invités et aucun membre en ligne

Contact Us!

Journal RTG & Autres vidéos

Journal RTG du 20 Août 2020 Journal Evasion du 18 Août 2020 Journal Espace du 20 Août 2020

Actualités Politiques

loading...

Actualités Internationales

loading...

Actualités économiques

loading...

Actualités sportives

loading...
loading...

Écologie-Santé

loading...

Opinions

loading...

Culture

loading...

Société

loading...
loading...

Revue des articles

Note utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

Note utilisateur: 5 / 5

Etoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles actives

Depuis peu, les autorités guinéennes jubilent pour avoir arrêté à Dakar Aboubacar Sidiki  Diakité, alias Toumba. Cet aide de camp de l’ancien chef de la junte guinéenne, le capitaine Moussa Dadis Camara, qui avait  d’ailleurs échappé belle à la tentative d’assassinat de Toumba dans un camp militaire à Conakry.    

Rappelons tout d’abord que les deux officiers susmentionnés sont inculpés dans le dossier du massacre du 28 septembre 2009, l’année à laquelle, selon l’ONU,  150 manifestants aux mains nues ont été tués dans le plus grand stade de Conakry d’alors. Plusieurs autres femmes ont été  violées et violentées.

Add a comment

Note utilisateur: 5 / 5

Etoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles actives

Le militaire guinéen Aboubacar Sidiki Diakité, dit « Toumba », a été arrêté à Dakar au Sénégal. C’est la section de recherches de la gendarmerie de la capitale qui a mené cette opération. Le commandant était en fuite depuis décembre 2009. Aide de camp de Daddis Camara, il avait tiré et blessé grièvement le président auto-proclamé. « Toumba » était aussi à l'époque, le chef de la garde présidentielle, les bérets rouges, accusés d’être responsables des massacres perpétrés dans le stade de Conakry le 28 septembre 2009. Le militaire faisait l’objet d’un mandat d’arrêt international. Précisions sur cette arrestation après 7 années de cavale.

Add a comment

loading...

Actualités locales

loading...